Mieux connaître votre biographe

Ma vie a suivi le fil du goût des mots et de l'écrit, depuis une formation littéraire sur les bancs de l'Université de Nantes où j'ai obtenu une maîtrise d'Espagnol. J'ai exercé quelques temps le métier d'enseignante en France, en Espagne et en Amérique du Sud, puis celui de traductrice-interprète. 
Je me suis orientée par la suite vers le monde de la culture et y ai exercé différents métiers, comme régisseuse artistique, chargée de production, attachée de presse et chargée de communication auprès d'artistes français et internationaux, pour le compte de nombreuses structures culturelles de la région nantaise.

Vingt années d'une vie professionnelle très heureuse durant lesquelles la sagesse de Confucius m'a inspirée : "Choisis un métier que tu aimes et tu n'auras plus à travailler un seul jour de ta vie". 

Je me suis par ailleurs saisie d'un autre précepte oriental qui voit dans toute situation de "crise" une opportunité. Perdre mon employeur principal a été l'occasion de faire un point sur ma vie. J'ai alors décidé de me former à des techniques d'écriture durant deux ans au sein d'un atelier à Nantes. Je me suis consacrée à plein temps à l'écriture d'un roman et d'un recueil de nouvelles. Un second roman est actuellement en cours d'écriture.
Parallèlement, je me suis formée au métier d'écrivain public en 2011 et ai suivi en 2013, la formation de biographe hospitalière dispensée par Valéria Milewski, biographe du service d'hématologie à l'hôpital de Chartres depuis 2008. Ma vie est donc aujourd'hui, résolument tournée vers l'écriture. C'est la raison pour laquelle je vous propose de vous accompagner dans la mise au monde de votre récit de vie.


Mini cvMini cv (479.34 Ko)


 

Passionnée par l'humain, j'ai suivi en 1997 une formation d'un an en psychologie du travail, ainsi qu'en médiation et gestion des conflits en 2005, au Centre National des Arts et Métiers de Nantes. Dans le cadre de mon métier de chargée de communication, j'ai eu à de multiples reprises, l'occasion de pratiquer notamment l'écoute active. * dsc-0004.jpg

L’écoute active se distingue de l’écoute, par sa plus « haute » qualité. Cette qualité d’écoute repose sur la capacité à percevoir dans l’expression de l’autre, ce qui a de l’importance à ses yeux. On est capable d’entendre le discours, mais aussi les besoins, les émotions qui s’expriment y compris dans les silences de l’autre. On est en mesure de percevoir l’état intérieur de son interlocuteur. On peut également évoquer le terme « d’affiliation » pour approcher cette notion « d’écoute » toute particulière. Il s’agit de comprendre l’autre, de le rejoindre sur son « territoire ». Selon Jacques Cosnier [1], « l’écoute active est le langage de l’empathie ». 

« L’autre n’a besoin que d’écoute, d’un silence attentif et de présence dans le regard ; d’une écoute qui lui permette d’avancer dans sa tête, de se libérer du poids trop lourd de ses sentiments, de faire le tri dans son vécu, et peu à peu de trouver ses propres solutions ». [2]

Extraits du mémoire réalisé dans le cadre de ma formation à la médiation et la gestion de conflits au CNAM de Nantes en 2005 : Médiation et culture du consensus – La posture de médiation pour tous : un pari éducatif.




--------------------------------------------------------------------------------

[1] Référence à L’intelligence du coeur, de I. Filliozat, Ed Jean Claude Lattès, Paris 1997
[2] Référence à L’intelligence du cœur, de I. Filliozat, Ed Jean Claude Lattès, Paris 1997